Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Quand le vin rosé prend de la bouteille et du galon

L’été rime avec rosé. Au bord de la piscine ou à table, il épanche sans rougir toutes les soifs. Mais s’il coule à flot sous le soleil, il ne tombe plus à pic dès les premiers frimas. Sa désaisonnalisation, mais également sa premiumisation, font du rosé une boisson tout terrain de janvier à décembre. Entretien avec Hugues Forget, chef de cave de la Grande Epicerie, qui détaille cette tendance.

Ce contenu est réservé aux abonné(e)s Bouillant(e)s, vous pouvez vous abonner en cliquant ici

Les infos chaud-Bouillantes

Les derniers articles

Opinion

Le restaurant du 21e siècle en 80 mots

Tables et concepts