Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La Table du Grapiot (Pupillin, 39) : belle gastronomie jurassienne

Après un joli parcours en France et à l’étranger, le chef Vivien Sonzogni et sa compagne Noémie Paris ont repris le Grapiot pour en faire la Table du Grapiot. Accompagné de trois associés qui oeuvrent en salle et en cuisine, le couple propose une cuisine aux accents jurassiens dans le très viticole village de Pupillin. Carte courte pour hautes ambitions. Que vaut ce Grapiot ouvert depuis quelques jours ? Retour d’expérience.

Une table ambitieuse qui ouvre dans un village, c’est un peu comme l’inauguration d’une nouvelle librairie : une promesse de culture qui fait chaud au coeur, avec des découvertes, des émotions, des « choses » à découvrir. À Pupillin, célèbre village pour ses vins – il suffit de passer sous l’enseigne « Pierre Overnoy » pour frémir -, l’iconique Grapiot avait fermé ses portes en janvier 2024. Le mois suivant, en février, cinq passionnés, professionnels et reconvertis de fraiche date, reprenait l’affaire. Et voilà que, début juin, la Table du Grapiot rouvrait ses portes. Avec autant de discrétion que d’ambition. 

Discret, le chef l’est aussi. Vivien Sonzogni dispose pourtant d’un sacré CV : formé à la pâtisserie auprès d’Arthur Fèvre au Parc des Crayères (Reims), il préfère finalement le salé et s’en va du côté de Port-Lesney, au Château de Germigney, avant de s’envoler en couple en Ecosse, puis à Hong Kong pour rejoindre, fin 2017, les équipes de Guillaume Galliot au Caprice. En 2020, retour en France pour ouvrir le Parc à Besançon puis, début juin 2024, la Table du Grapiot. 

Amuse-bouche autour du comté
Pain, huile d’olive et beurre « à la saucisse de morteau »
Proposition autour de l’artichaut

Un petit mois derrière les fourneaux, et voilà déjà l’équipe qui distille sa gastronomie précise, mélangeant une agréable base classique avec les vivacités de la cuisine contemporaine. Le démarrage autour du comté pose d’emblée le décor, avant de poursuivre sur un subtil travail autour de l’artichaut. Les plats s’enchainent dans un menu en six temps aussi généreux que précis. Le chef délivre une cuisine franche dans laquelle la sauce joue parfois le premier rôle. Bonheur simple et régressif de pouvoir y tremper le croustillant pain fait-maison… En salle, le service trouve le bon équilibre de la proximité professionnelle. Carte des vins remarquable – de nombreuses pépites locales, mais pas que – à petits prix. 

Le brochet
Dessert autour du miel

Le travail de Vivian Sonzogni et ses équipes, après seulement quelques semaines d’ouverture, se révèle déjà remarquable, marqué par cette envie de régaler le client avec une cuisine gastronomique qui ne tombe jamais dans le chichiteux et l’anecdotique, marquée par le terroir et carrée comme il faut, preuve d’un très grand savoir-faire qui devrait monter en puissance dans les prochains mois. Espérons que le Bibendum repère rapidement cette adresse qui ne cache pas son jeu.

_____

La Table du Grapiot | Rue Bagier, Pupillin (39) | 0384374944 | Site Internet

Les infos chaud-Bouillantes

Show-chaud

Les derniers articles

Opinion

Le restaurant du 21e siècle en 80 mots

Tables et concepts