L’Ambroisie, le temps d’un déjeuner : (très) seul à table

Récit d’un déjeuner raté à l’Ambroisie, où l’émotion folle de goûter la cuisine de Monsieur Bernard Pacaud s’est flétrie face à la froideur totale de l’expérience.

Ce contenu est réservé aux abonné(e)s Bouillant(e)s, vous pouvez vous abonner en cliquant ici

Les dernières infos ‘food’